Muffin à la banane spécial phase 4 ;) sans sucre et sans gluten

Dahl spécial phase de l'Enchanteresse (phase 4 du cycle)

Ce gâteau est parfait quand tu as des envies de sucré avec la chute hormonale qui arrive en phase 4 de ton cycle.

Pour rappel le sucre perturbe la flore digestive et fragilise la barrière intestinale, ce qui renforce l’inflammation chronique. Dont on se passera bien en période d’arrivée imminente de lunes…

 

Ingrédients: (pour environ 12 muffins)

  • 4 cuillère à soupe de farine de sarrasin
  • 5 bananes bien mûres
  • 2 pommes
  • de la cannelle
  • de l’huile d’olive
  • un peu de poudre à lever sans gluten ou bicarbonate pour faire lever la pâte

La recette :

  • Préchauffer le four à 160 degrés. Il est aussi possible de faire cuire ce gâteau dans des petits moules, à la vapeur, afin de pouvoir bénéficier de tous les nutriments
  • Verser dans le mixeur : les bananes, la farine, l’huile et la poudre à lever (ou bicarbonate), éventuellement la cannelle. mixer jusqu’à obtenir une pâte homogène
  • Couper les pommes en petits morceaux
  • Mélanger les morceaux de pommes et ce qui était dans le mixeur
  • Verser dans les moules à muffins
  • Enfourner pour 50 minutes, pour l’option four, sinon placer les petits moules dans un panier vapeur et lancer la cuisson

Pas besoin de sucre, la banane et la pomme donne un côté gourmand au gâteau, ainsi que la cannelle !

🌿 Bon appétit!

 
Belle et douce journée 🙏🌺

 

Pour des conseils complets, personnalisés et adaptés à vos besoins, prenez rendez-vous avec moi !

Aujourd’hui je te parle des différentes protections hygiéniques qui existent.

Au cours de notre vie de femme, sachant que nos lunes représentent en moyenne 420 cycles, cela font 2300 jours où notre sang coule… Ça en fait de la logistique !
Ce choix est donc primordial et aura un impact sur notre corps et notre environnement écologique.
 
D’ailleurs je me demande, comme cela concerne quand même la moitié de la population et qu’il s’agit d’un phénomène physiologique qui arrive tous les mois ou presque, pourquoi l’accès à ces protections n’est pas remboursé par la sécurité sociale. Beaucoup de femmes se retrouvent en précarité pendant leur cycle, car ces protections ont un coût non négligeable… Ça bouge un tout petit peu avec certaines mutuelles (un article ici) qui acceptent de donner une petite part du budget.
Tu as peut-être également vu ou entendu parler de certains mouvements par des influenceuses, qui affichent leur sang coulant directement sur leur pantalon, sans porter aucune protection hygiénique pendant leurs lunes (un article ).
 
Passons maintenant au thème de ce post. Étudions dans un premier temps le flux menstruel puis chaque « protection », avec ses avantages et inconvénients.
 

🌿 Le flux menstruel :

L’intensité, la consistance et la couleur des menstruations sont en correspondance avec ce qu’il s’est passé les semaines précédant l’apparition des règles. Cette perte sanguinolente correspond à la paroi de l’endomètre qui se détache. Certaines femmes l’évoquent comme un moment de détoxification… En effet, après chaque cycle s’effectue un renouvellement de l’endomètre. Cette phase d’élimination, associée au contexte énergétique de re démarrage de cycle (puisqu’il s’agit de la phase 1) procure une sensation de nettoyage et de renouveau. Physiologiquement, le sang coule de plus en plus abondamment, bien rouge. Puis au fil des jours, le flux diminue, s’assombrit et s’épaissit. D’un cycle à l’autre, les règles peuvent durer de 3 à 8 jours en moyenne, la quantité et les sensations du flux variant selon les femmes :

  • En cas de syndrome(s) prémenstruel(s) (phase 4), celui-ci peut être très abondant (> 100 ml de sang) et aussi douloureux par la suite.
  • Lorsque le flux menstruel augmente (parfois avec la présence de caillots), on parle “d’hyperménorrhée” (>80 ml de sang). Dans ce cas, la femme a tendance à se sentir fatiguée et être souvent en anémie (manque de fer) avec une flopée d’inconvénients occasionnés (baisse du système immunitaire, fatigue,  troubles du sommeil, moins bonne résistance au stress… )
  • Le flux peut aussi diminuer, on parle alors d’hypoménorrhée (<10 ml de sang). Dans ce cas, les effets secondaires sont quasi inexistants (ouf !).

L’intensité du flux est le reflet d’un bon équilibre hormonal et nerveux mais aussi énergétique du foie, des reins et de la rate. C’est pour cela qu’il est important de préserver son équilibre hormonal, la naturopathie aidant en partie à le retrouver.

Venons en maintenant au sujet central de ce post. J’ai nommé …

🌿 Les protections hygiéniques !

Il existe différentes protections intimes, le plus souvent à adaptées à/au/aux :

  • Flux : léger, moyen ou fort.
  • L’activité professionnelle (exemple : une serviette est moins adaptée à une nageuse).
  • L’activité physique effectuée.
  • Le moment : journée ou nuit.
  • La manière également dont on appréhende son corps (certaines femmes seront gênées de mettre quelque chose dans leur corps et vont préférer des serviettes…).
  • Expériences de vie (Les moyens de protections externes comme les serviettes ou culottes seront préférées si on a une infection urinaire ou gynécologique, les protections internes adoptées par les femmes actives et sportives).

En fonction de tous ces paramètres, il est intéressant de varier ses protections hygiéniques pour un juste milieu, quitte à changer de moyen de protection au cours de la journée. Exemple : je porte une culotte menstruelle la journée puis une cup pour ma séance de natation.

🌿 Les serviettes :

Il est important qu’elles soient à base de matières premières naturelles, de préférence bio et non parfumées, car elles sont en contact direct avec nos muqueuses. Il faut penser à les changer régulièrement (toutes les 2/3 heures selon le flux). 

Il est préférable d’utiliser des serviettes lavables en coton qui permettent de restreindre “l’investissement” financier que génère à la longue ce mode de protection et réduire l’impact des déchets tout au long des cycles. 

Avantages :

  • Elles permettent au flux de s’écouler librement, de découvrir ses rythmes intimes (car on voit vraiment ce qui sort de notre corps) et de se familiariser avec son cycle.

Inconvénients :

  • Visible en cas de pantalon serré.
  • Parfois des mauvaises odeurs.
  • Risque de fuite (il faut bien évaluer ses pertes en sang pour choisir la serviette appropriée…).
  • Elles génèrent également beaucoup de déchets si elles sont non réutilisables.
  • Si elles ne sont pas bio certaines contiennent des traces de pesticides, de dioxines et/ou autres composés trop néfastes pour être en contact avec nos muqueuses (fluor, chlore…).

🌿 Les culottes menstruelles :

Ok les culottes menstruelles ne sont jamais aussi jolies ...

Ok les culottes menstruelles sont loin de ressembler à ça …

Confectionnées dans une matière proche de celle du maillot de bain, avec une zone plus absorbante dans l’entre jambe. Elles peuvent s’utiliser seules ou alors en association avec une serviette hygiénique ou un tampon bio. Elles peuvent également s’utiliser pour les fuites urinaires, par exemple en post-partum. Elle se garde au maximum 12 heures en cas de flux léger. Vérifier avant l’achat qu’elles ne contiennent pas de nanoparticules de métal, ni de polluants chimiques. 

Avantages :

  • Elles sont très agréables à porter, surtout si on est active et idéales la nuit.

Et ça, ça change déjà toute une vie !

Je vous recommande ce site.

Inconvénients :

  • Ne peuvent pas s’utiliser seules en cas de flux abondant ou alors il faut prendre une culotte en conséquence…
  • En avoir plusieurs pour pouvoir tourner au cours d’un même cycle.
  • Le coût direct (assez onéreux), même si c’est un bon investissement sur le long terme.

🌿 Les tampons :

On peut se tourner vers ces protections, une fois qu’on a pris l’habitude de les utiliser correctement. Il faut privilégier ceux d’origine végétale et sans produits chimiques ni fibres qui pourraient se désagréger dans le vagin.

Conseils d’utilisation :

  • Changer de tampon toutes les 4 à 6 heures.
  • Préférer ceux d’origine végétale et bio.
  • En cas d’infection : ne pas utiliser de tampons.

Avantages :

  • Pratiques et inodores.

Inconvénients :

  • Risque important d’irritations, de brûlures voire d’infections (dû à la perte des fibres si le tampon en contient).
  • Il peut causer le syndrome du choc toxique (maladie infectieuse rare, aiguë et potentiellement mortelle, causée par l’apparition brutale d’une toxine bactérienne dans la circulation générale, qui peut pénétrer dans le sang par voie vaginale). Retirer de suite le tampon en cas d’apparition de : maux de tête, poussées de fièvres, douleurs musculaires généralisées, vomissements, diarrhées, vertiges, avec une forte baisse de la tension artérielle et une éruption cutanées similaire à des coups de soleil. Laisser alors le flux s’écouler librement. 

🌿 La coupe menstruelle ou aussi connue sous le petit nom de « cup » :

Ce petit objet permet de recueillir le sang directement dans le vagin. Il y a plusieurs tailles de coupe menstruelle :

  • Petite : pour les femmes de moins de 30 ans ou n’ayant jamais accouché
  • Grande : pour les plus de 30 ans et/ou les femmes qui ont un flux abondant ou qui ont déjà accouché.

Elle est contre indiquée en période de post-partum ou en cas d’infection gynécologique.

Il en existe :

  • en caoutchouc : attention risque d’allergie.
  • en silicone (matière non allergisante mais polluante pour la planète).

Dur dur de choisir …

Avantages :

  • Économique (bon rapport qualité/prix : 20 euros en moyenne, à changer tous les cinq ans).
  • Écologique (elle laisse moins de déchets que les tampons ou serviettes à usage unique),
  • Confortable, à condition de bien la positionner, bien sûr.
  • Aspect pratique, invisible et respectueux. Elle n’amène pas de fibres ou de traces polluantes toxiques dans le vagin.
  • Elle peut également rester en place nuit et jour tant qu’elle n’est pas pleine.
  • Elle permet de visualiser la quantité de son flux menstruel.

Inconvénients : 

  • Demande une certaine précision dans le pliage lors de l’introduction et du retrait de la coupe les premières fois, qui peut rebuter.
  • Elle implique une hygiène et un entretien régulier et rigoureux. En effet, même si le risque de choc toxique est moins important qu’avec les tampons, car il n’y a pas d’accumulation de sang au contact des muqueuses, il est recommandé de la changer toutes les 8 heures.

Attention également à l’effet ventouse lors du retrait de la coupe : il peut être une source d’irritation au bout de quelques jours et peut modifier la mise en place du DIU (stérilet) chez les femmes qui en ont un.

🌿 Le flux instinctif libre (FIL) :

Le FIL consiste à apprendre à maîtriser son flux menstruel, comme on le fait pour l’envie d’uriner ou d’aller à la selle; afin de retenir jusqu’au moment où l’on peut et se relâcher aux toilettes. Matérialiser et ressentir son flux menstruel s’écouler peut ainsi être un choix délibéré. Cette pratique permet de se connecter à sa matrice et mieux se connaître. Avec un peu d’entraînement, certaines parviennent à maîtriser l’écoulement de leurs lunes. Il faut s’entraîner, ce qui signifie être disponible physiquement et psychiquement (avec des toilettes à proximité donc, héhé). La maîtrise consciente de l’évacuation du flux s’acquiert au fil des cycles.

Quelques conseils :

  • Boire plus que d’habitude pour augmenter la fréquence de passage aux toilettes
  • Supprimer tout type de protection mais tu peux garder une culotte menstruelle en cas de « loupé »
  • S’entraîner à faire travailler le périnée pour retenir le flux. La position allongée est conseillée au départ, car le risque de fuite est moins important. Au début il y aura des ratés, il ne faut pas se décourager et au bout de quelques cycles, la continence vaginale s’améliore nettement. 

Avantages :

  • Cette méthode écologique et respectueuse du corps, de la santé et de la planète, permet de se réapproprier son corps et son périnée, de porter sa conscience sur son utérus.
  • Cette technique amène une bonne connaissance de son appareil gynécologique.

Inconvénients : 

  • Reste parfois difficile à mettre en application : flux nocturne, règles abondantes et hémorragiques, pratique sportive…
  • Il faut avoir beaucoup de temps pendant ses lunes … Cela combien bien car l’hiver lunaire nous pousse à ralentir.

 

🌿 Mes préférences :

En terme d’écologie et de respect de mon corps, je préfère clairement utiliser les culottes menstruelles et les serviettes lavables si besoin.

Un groupe de lyonnaises en fait des très bien, bio, et organise même parfois des sessions DIY/fais le toi-même : ici.

Une sage femme m’avait également dit que la cup pouvait favoriser le développement de mycose au bout d’un moment, d’où mon choix vers les culottes menstruelles.

🌿 Et toi, quelles sont les tiennes ?

Pour des conseils complets, personnalisés et adaptés à vos besoins, prenez-contact avec moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ +
Défilement vers le haut